Bien-être

Chapitre 1 la kinésiologie

Chapitre 2 le Reiki

1 la kinésiologie

Origines de la Kinésiologie : du 19ème au 20ème siècle

Originaire des États-Unis au début du 20ème siècle, l'Histoire de la Kinésiologie prend ses fondements à partir de savoirs ancestraux que sont la médecine traditionnelle chinoise, la chiropractie et l'ostéopathie. L'union de ces trois sciences et les progrès que l'on connaît aujourd'hui ont fortement contribué et participe encore aujourd'hui à la démocratisation de la Kinésiologie.

A l'origine, cette nouvelle science n'était pas aussi aboutie qu'à l'heure actuelle. Ce n'est qu'à l'appui des différents travaux de chercheurs reconnus dans leur domaine respectif que la Kinésiologie a connu différentes phases dans son évolution. Tous s'appuyaient cependant sur un même constat : Le bien-être physique, psychique et émotionnel est à l'instar de notre joie de vivre, qui elle-même est directement liée à l'équilibre de notre énergie vitale. Toutes formes de blocages et de stress créent l'immobilisme chez l'être humain.

Ainsi basée sur les fondements du "mouvement", la Kinésiologie permet grâce à différentes techniques de débloquer et de laisser circuler l'énergie vitale qui incarne les êtres, pour leur permettre de retrouver.

l'équilibre des plans physique, psychique et émotionnel. L'objectif étant bien entendu d'atteindre l'état de bien-être.

Fin du 19ème siècle : Naissance de la Chiropractie®

A la fin du 19ème siècle, le Docteur Still définit les bases de la chiropractie® et expose une technique d'ajustement vertébral. Cette technique vise alors à traiter les troubles et effets néfastes de l'appareil locomoteur de l'environnement vertébré, à savoir : la colonne, les membres inférieurs et les membres supérieurs.

Les années 1930 : Les premiers travaux sur la Kinésiologie

Se basant sur les travaux du Docteur Still, deux chercheurs américains vont plus loin dans le début des années 1930. En effet, les Docteurs Ostéopathe Frank Chapman et Chiropracteur Terence Benett portent leurs travaux sur d'éventuelles liens et correspondances entre les fonctions organiques du corps physique et sur des points réflexes.

Les années 1960 : La Kinésiologie Appliquée

Dans les années 1960, le Docteur-Chiropracteur George Goodheart confirme et approfondie cette thèse. Il développe la relation directe entre l'état de stress et la faiblesse musculaire. Ainsi pour compléter ses travaux théoriques, il met au point le test musculaire, anciennement appelé "test musculaire qualitatif" ou "testing", permettant de confirmer ou d'infirmer l'intégrité énergétiques des différentes fonctions organiques.

Cette mise en pratique le conduit très rapidement à corréler ses travaux à la médecine traditionnelle chinoise. En 1966, le Docteur Goodheart pose les bases de la Kinésiologie Appliquée, en démontrant les liens entre les méridiens d'acupuncture, les organes et les muscles.

Les années 1970 : Le Touch For Health et le Brain Gym

Après les années 1960, deux chercheurs se sont interrogés séparément sur la problématique suivante « Comment simplifier la Kinésiologie ? » Précurseur, John Thie a établi une méthode novatrice est  simplifiée qu'est le Touch For Health (Santé par le Toucher). Le Docteur Paul Dennison a suivi en portant ses travaux sur la gymnastique cérébrale avec la méthode Brain Gym (Kinésiologie Éducative) :

  • TOUCH FOR HEALTH

Grâce aux travaux du Docteur John Thie dans les années 1970, la Kinésiologie se voit médiatisée au travers de plus de 80 pays. Il a mis en place une méthode harmonisée, novatrice et mondialement connue aujourd'hui comme le Touch For Health, ou la Santé par le Toucher. Il publie son livre intitulé du même nom en 1973 et expose à travers celui-ci les relations entre les méridiens d'acupunctures, les muscles et les points réflexes lymphatiques et vasculaires.

  • BRAIN GYM

De son côté, le Docteur Paul Dennison met au point des travaux plus spécifiques étant liés directement aux problèmes d'apprentissage de la coordination cérébrale, bien connu sous le nom de Brain Gym ou Kinésiologie Éducative. Cette méthode est chargée de stimuler la fonction cérébrale intégrée, en faisant travailler ensemble les deux hémisphères du cerveau.

Les années 1980 : Le One Brain et le Stress Release

Un nombre important de chercheurs a poursuivi les thèses des deux décennies passées et a appliqué de nouvelles connaissances scientifiques que sont la neurologie, la physique ou encore la biologie. A cela, quelques noms notables peuvent être cités :

  • ONE BRAIN

Les Docteurs Gordon Stockes, Daniel Whitesite et Candace Callaway avec One Brain, bien connu sous les noms de "Three in One Concepts" et "Kinésiologie Psycho-émotionnelle". Ils ont mis au point cet ensemble de techniques visant à désamorcer les émotions du passé qui bloquent les perceptions présentes. Tout blocage émotionnel crée un blocage énergétique dans le corps. Ces blocages énergétiques apparaissent sous formes de maux physiques sous différentes formes. L'essentiel des maux physiques est directement lié à des causes émotionnels.

  • STRESS RELEASE

Les Docteurs Wayne Topping et John Diamond ont a mis au point les techniques Stress Release ou "Stress sans détresse", se basant sur les travaux du Touch For Health. Ces techniques de Kinésiologie appliquée sont dédiées à l'aide du corps pour se libérer des états de stress. Elles font le lien entre l'énergie et l'émotion. Des séries d'affirmations positives sont mises en place par méridiens permettant ainsi de transmuter les sentiments négatifs associés à des problématiques données.

  • Histoire de la Kinésiologie



2 le reiki


Qu'est-ce que le Reiki ?

Le Reiki est une méthode de soin japonaise appartenant à l'approche énergétique. Dans cet article, vous découvrirez ce qu'est cette thérapie, ses principes, son histoire, ses bienfaits, sa pratique ainsi que les contre-indications.?

En japonais, Rei veut dire universel et inclut la matière, l'âme et l'esprit. Ki (ou Qi) renvoie à l'énergie vitale qui circule en nous, telle que la comprennent les médecines orientales comme la Médecine traditionnelle chinoise et l'ayurveda. Le Reiki est donc la mise ou la remise en contact de « l'énergie universelle » et de notre propre « force vitale » dans le but d'éveiller un processus dynamique de guérison.

Les grands principes

Le Reiki appartient aux approches dites énergétiques, dans lesquelles le praticien intervient sur le champ vibratoire de la personne. Cette habileté est habituellement associée à des techniques de méditation ou à des disciplines de pratique spirituelle comme il en a existé, sous une forme ou une autre, dans la majorité des cultures à travers l'histoire. Mais le Reiki se distingue de ces pratiques traditionnelles puisqu'il est dépouillé de toute attache religieuse et qu'il ne demande pas de cheminement spirituel particulier.

Les concepts se trouvant à la base des thérapies énergétiques telles que le Reiki ont des points communs théoriques avec divers modèles proposés en physique moderne1. Bien sûr, aucun de ces modèles n'a été expérimentalement lié à la médecine ou à des résultats cliniques.

Les modèles proposés en bioélectromagnétisme, en physique quantique ou selon la théorie des supercordes, par exemple, sont cohérents avec les écrits orientaux. Ceux-ci laissent entendre qu'une vibration extrêmement subtile pourrait constituer le substrat de la matière telle que nous la connaissons. Elle pourrait par conséquent, avoir un rôle à jouer dans la santé et la maladie.

Dans une séance de Reiki, le praticien canalise l'énergie universelle et, à l'aide de symboles ésotériques et de sons sacrés, la transmet en imposant ses mains sur différentes parties du corps du patient. Les mains n'ont pas à entrer en contact direct avec le corps du patient. La transmission d'énergie pourrait même se faire à distance. L'énergie universelle posséderait par ailleurs son « intelligence propre », ce qui lui permettrait à la fois de se diriger exactement là où le patient en a besoin, et de ne causer aucun effet secondaire indésirable. L'énergie personnelle du praticien est censée ne jamais intervenir dans le processus.

Les bienfaits du Reiki

Au cours des dernières années, au moins 4 revues systématiques ont été publiées sur les effets thérapeutiques du Reiki2-5. Cependant, la qualité méthodologique des recherches réalisées jusqu'à maintenant est déficiente. Les preuves scientifiques sont donc actuellement insuffisantes pour affirmer que le Reiki est une approche thérapeutique efficace en pratique clinique.

  • Diminuer le stress et les symptômes dépressifs. Le Reiki est utilisé par certains praticiens pour réduire l'anxiété au moment de chirurgies ou dans des maisons de santé ou de retraite, par exemple. On a aussi rapporté qu'il pouvait contribuer à réduire le stress et les périodes de déprime chez les personnes âgées1.
  • Améliorer la qualité de vie des gens atteints de cancer. Plusieurs études ont montré l'effet bénéfique du Reiki sur la fatigue, la douleur, l'anxiété et la qualité de vie d'individus souffrant de cancer 12 13
  • Diminuer les problèmes de mémoire et de comportement. Une étude réalisée sur des patients souffrant soit de la maladie d'Alzheimer soit d'atteintes cognitives légères a montré une amélioration de la fonction mentale ainsi qu'une diminution des problèmes de mémoire et de comportement chez les participants du groupe Reiki. Mais ces résultats doivent être considérés comme préliminaires en raison de l'absence d'un groupe placebo (Reiki mimé, par exemple) et du petit nombre de participants.11.
  • Réduire la douleur : plusieurs études ont montré les effets bénéfiques du Reiki sur la douleur. Une étude aléatoire portant sur des individus devant se faire extraire des dents de sagesse a montré que des séances de Reiki après les interventions avaient permis de réduire de façon significative la douleur ressentie7. Dans une autre étude réalisée sur des femmes se présentant pour une hystérectomie, le Reiki avait permis de réduire la consommation d'analgésique et d'améliorer la douleur des participantes9.
  • Contribuer à la réadaptation à la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Un essai clinique a évalué l'efficacité du Reiki comme ajout au protocole de réadaptation chez des patients hospitalisés ayant subi un AVC6. Les résultats ont indiqué que le Reiki aurait un effet limité et sélectif sur l'humeur et le degré d'énergie. Par contre, il n'aurait pas d'effet significatif sur l'indépendance fonctionnelle dans des activités quotidiennes comme manger, se vêtir, se déplacer, etc., ni sur la dépression.